L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

30 novembre 2018
Adaptation du logement

Adapter les toilettes

Adapter les toilettes

Espace exigu et restreint, les toilettes nécessitent des aménagements quand la perte de mobilité arrive. Des aménagements qui évitent tout risque de chutes.

 


L'ouverture de porte vers l’extérieur

L’ouverture de porte vers l’extérieur dans les toilettes présente deux avantages en termes de sécurité :
- Premièrement, un gain d’espace, ce qui évite à la personne âgée des contorsions pénibles lorsque l’elle se trouve à l’intérieur. Des mouvements qui sont des sources potentielles de déséquilibre.
- Deuxièmement, en cas de chute ou de malaise, le corps au sol de la personne âgée empêchera l’ouverture de la porte si celle-ci s’ouvre vers l’intérieur. Ainsi, une ouverture de la porte vers l’extérieur, vous permettra d’intervenir pour porter assistance à la personne âgée.

Les barre d’appui
Disposer d'une barre d'appui au mir renforce la stabilité de la personne âgée et aide à s'asseoir et à se relever des toilettes, et limite les risques de chute.  Les modèles les plus souvent utilisés sont la barre d'appui pliante de WC avec fixation au sol, et la barre d’appui sol et mur pour toilettes.


Le rehausseur de toilettes
Adaptable à tous les WC, le rehausseur de toilette permet de surélever les toilettes de 5 cm à 15 cm selon les modèles. Il existe également des chaises percées qui permettent de s’ajuster au-dessus des toilettes.


Le cadre de toilettes 

Positionné autour des toilettes, le cadre de toilettes permet de disposer à la personne âgée de disposer de deux accoudoirs de part et d’autre de la cuvette des toillets pour se relever plus facilement. Le cadre de toilettes est approprié en particulier pour limiter les efforts  des personnes ayant des problèmes de hanches ou une faiblesse des muscles des jambes. Certains modèles de cadre de toilettes peuvent se plier pour se ranger facilement après utilisation pour laisser l’accès à tous.

 

Pour vous permettre d’aménager vos toilettes (WC pour personnes handicapées, surévélateurs de WC, un crédit d’impôt est accordé pour les dépenses d’installation et de remplacement des équipements. Le crédit est calculé sur le prix des équipements et la main d’œuvre TTC. Son taux est égal à 25 % des dépenses effectuées, dans la limite d’un plafond s’appliquant sur plusieurs années.

A lire aussi dans DOMIMAG :