Selon l’association France Alzheimer, lorsque l’on additionne les malades et leurs « aidants », 3 millions de personnes sont concernées par l’Alzheimer. Et ce fléau devrait gagner encore du terrain.
En 2020, la France devrait compter 1,3 million de personnes souffrant de cette maladie neurodégénérative.
En clair, 1 Français de plus de 65 ans sur 4 sera concerné. Aujourd’hui, près des deux tiers des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer vivent à domicile. Et ce soutien à domicile ne pourrait se faire sans l’intervention de professionnels de l’aide à domicile et l’investissement des aidants familiaux.
Une implication et un accompagnement qui se font sur la durée puisque le maintien à domicile des malades d’Alzheimer est de presque 7 ans en moyenne avant l’institutionnalisation.

Vivre au mieux avec la maladie …
Sécurisation de l’environnement, adaptation du logement, information et formation sur la pathologie… pour les aidants professionnels et familiaux, le maintien à domicile des malades demande une forte mobilisation et un investissement humain important. La recherche scientifique avance à grands pas dans la compréhension des mécanismes qui provoquent ces lésions du cerveau mais pour l’heure il n’existe aucun traitement de la maladie d'Alzheimer.

…vivre au mieux pour éviter la maladie.
Selon plusieurs études, l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer pourrait être retardée dans 30% des cas grâce à une prévention de certains facteurs de risques : la sédentarité, le manque d’activité intellectuelle, les mauvaises habitudes alimentaires, le manque de sommeil ou encore, de faibles interactions sociales. La maladie d’Alzheimer n’est pas une fatalité. 

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

04 juillet 2017
Vie sociale

Un coup de fil pour rompre l’isolement

Un coup de fil pour rompre l’isolement

1,5 million de personnes âgées souffrent d'isolement social. Certains services téléphoniques leur apportent une écoute, un lien vers l’extérieur.

 

Avoir quelqu’un à qui parler tout en restant à son domicile, une oreille bienveillante, un échange pour sortir de l’isolement. Il existe des services d’écoute téléphonique dédiés aux personnes âgées seules.

 

Solitud'écoute : 0800 47 47 88

 

« Solitud'écoute » , service d’écoute téléphonique des Petits Frères des Pauvres, s'organise autour d'une plateforme téléphonique animée par des bénévoles.

Cette ligne téléphonique est destinée à soutenir les personnes isolées de plus de 50 ans et à les aider à lutter contre leur sentiment de solitude par le dialogue.

Cet appel est gratuit, anonyme et confidentiel et constitue un lien vers l'extérieur pour toutes les personnes qui ne peuvent pas se déplacer ou qui recherchent une oreille bienveillante, quelqu'un à qui parler.

En 2014, 20 000 appels environ ont été traités par les équipes de Solitud’écoute, près de la moitié d’entre eux témoignaient de solitude ou d’isolement et 2% provenaient de personnes ayant des tendances suicidaires


Le numéro vert 0800 47 47 88 fonctionne 7 jours sur 7 de 15h à 18h.

 


"Au bout du fil" : 01.70.55.30.69

 

L’association "Au bout du fil" propose aux personnes âgées isolées un contact chaleureux et régulier par téléphone. Un bénévole, toujours le même, appelle à l'heure convenue avec l'intéressé, une à deux fois par semaine, pour prendre des nouvelles, bavarder. Cette solution est adaptée aux personnes âgées qui n'osent pas appeler et permet de créer du lien avec le même interlocuteur.

Le coût de fonctionnement est de 6 euros par mois pour recevoir entre 4 et 8 appels (1 à 2 heures de réconfort au téléphone).
 
Ce service peut être pris en charge par la caisse de retraite de la personne âgée, par la mairie, ou le conseil départemental.

 

Certains Centre Communaux d'action sociale (CCAS) ont mis en place ce type de service téléphonique pour rompre l’isolement des seniors.


C’est le cas à Epernay (Marne) avec le service  "Brin de Causette", qui permet aux personnes âgées qui le souhaitent d'avoir régulièrement des appels téléphoniques.

L'inscription est volontaire et les jours d'appels seront programmés avec le bénéficiaire. Informations auprès du Pôle Animation Seniors au 03 26 54 54 19.

Sur le même principe, la ville de Nancy (Meurthe-et-Moselle) propose le dispositif  gratuit TéléphOnâge. Renseignements au 03 83 39 03 49