Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

07 septembre 2017
Bons gestes

Quels médicaments peut-on écraser ou ouvrir ?

Quels médicaments peut-on écraser ou ouvrir ?

Les comprimés ne sont pas faits pour être écrasés ! Ni les gélules pour être ouvertes ! Cela peut les rendre Iinactifs voire toxiques. Demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin. Explications.

 

Des difficultés à avaler un comprimé ou une gélule ? La bonne solution n’est pas toujours de les écraser ou de les ouvrir. Ce geste peut modifier leur tolérance et leur efficacité.La décision de modifier la forme d’un médicament ne doit pas être prise à la légère. Il existe un lien entre la forme d'un médicament et son action dans l'organisme. Si vous avez du mal à avaler des comprimés ou des gélules, alertez votre médecin (votre médicament existe peut-être sous une autre forme).

Assurez-vous que le médicament peut être écrasé ou ouvert (consultez la notice, demandez à votre pharmacien).

 

Lavez-vous les mains avant et après manipulation des comprimés ou des gélules. Ecrasez les comprimés le plus finement possible. Ne mélangez pas les médicaments entre eux, écrasez-les et prenez les un par un. Prenez immédiatement votre médicament après écrasement ou ouverture pour éviter l'altération de celui-ci. Prenez de préférence votre médicament avec de l'eau. Le mélange à d'autres boissons ou des aliments peuvent modifier l'efficacité de votre médicament. Nettoyez le matériel utilisé pour l'écrasement entre chaque utilisation.

Ecraser un comprimé ou ouvrir une gélule : quels sont les risques? Ecraser ou ouvrir un médicament n'est pas un acte anodin. Il peut modifier l'absorption du médicament : il y a alors un risque de sous-dosage ou de sur-dosage. Il peut aussi détruire le médicament qui n'aura aucun effet. Enfin, il peut exposer à un risque de toxicité locale (irritation) pour celui qui écrase ainsi que pour le patient.

 

Quels médicaments peut-on écraser ou ouvrir ?

 

La forme et la présentation des médicaments sont étudiées pour obtenir une action optimale du médicament. C'est pourquoi, tous les comprimés ou gélules ne sont pas conçus de la même façon. Seulement certains d'entre eux peuvent être écrasés sans conséquence.

 

Les capsules molles

 

Les capsules molles contiennent le médicament sous forme liquide: elles ne doivent pas être écrasées ni coupées. Les comprimés à libération modifiée Ils présentent un enrobage qui modifie la libération du médicament dans le corps. Certains sont à libération prolongée: forme LP (le médicament est libéré progressivement, ce qui permet de diminuer le nombre de prises par jour). D'autres sont gastro-résistants, c'est-à-dire que le médicament sera libéré à un autre endroit que l'estomac (médicament sensible à l'acidité gastrique). Ces comprimés ne peuvent pas être écrasés.

 

Les comprimés à libération accélérée

Les comprimés sublinguaux ou à sucer sont à laisser fondre sous la langue, zone très riche en vaisseaux sanguins. Cela permet au médicament de passer rapidement dans le sang, et d'être efficace très vite. Pour ne pas modifier cette action, il ne faut donc, ni les écraser, ni les croquer. Les comprimés effervescents, lyoc ou dispersibles sont des comprimés particuliers, à action rapide, qui peuvent être dissous ou dispersés dans l'eau.