Il y a 15 ans, la canicule d’août 2003 provoquait la mort de près de 15.000 personnes âgées en 15 jours. La France a tiré les enseignements de ce tragique événement. Depuis 2004, le gouvernement met en place chaque année un dispositif de surveillance, de prévention et d’action : le Plan Canicule pour prévenir les risques liés aux fortes chaleurs pour les personnes âgées vivant à domicile ou en établissement.

Mais cette canicule meurtrière a été également révélatrice de la problématique de l’isolement social des personnes âgées.

En 2014, le rapport MONALISA (Mobilisation Nationale contre l’Isolement Social des Agés) montrait que la France est le troisième pays d’Europe le plus touché par le problème de l’isolement : 23% des 5 millions des personnes isolées sont âgées de plus de 75 ans. En 2017, une étude réalisée par l'institut CSA pour les Petits frères des Pauvres dresse également un état des lieux préoccupant : 6% des personnes âgées de 60 ans et plus, soit 900.000 personnes, sont isolées des cercles amical et familial. Elles sont 300.000 à se sentir isolées des quatre cercles de proximité : famille, amis, voisinage, réseaux associatifs.

Les personnes âgées sont donc encore trop nombreuses à avoir pour seule compagnie leur solitude. Sur ce plan, 15 ans après la canicule historique, la société française a encore beaucoup à faire pour renouer et favoriser le lien social avec ses aînés.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

30 avril 2018
Prise en charge

Connaissez-vous la carte d’urgence de l’aidant ?

Connaissez-vous la carte d’urgence de l’aidant ?

La carte de l’aidant est destinée à toute personne venant en aide à un proche dépendant. Elle permet de nommer des personnes de confiance qui pourront prendre le relais dans les situations d’urgence (accident, malaises, hospitalisation…). Présentation.


"Lorsque vous quittez votre proche, vous êtes inquiet car vous vous demandez qui peut lui porter secours si vous-même, êtes dans l’incapacité temporaire de le faire.

La carte d'urgence de l'aidant vous permettra d'être plus serein...". En novembre dernier, l'association française des aidants a trouvé un moyen simple, même s'il fallait y penser, de soulager les inquiétudes des 8,3 millions de personnes qui accompagnent quotidiennement un proche en perte d'autonomie, du fait d'un handicap ou de l'avancée en âge.

 

Le principe de cette carte est simple : l’aidant y indique son nom et prénom ainsi que les noms et téléphones des personnes de confiance qui pourront s’occuper de son proche dépendant durant son absence. "Cette carte  permet de vous identifier en tant qu’aidant. Les personnes qui la trouveront sur vous (par exemple les services d’urgence) pourront prendre rapidement connaissance de vos responsabilités vis-à-vis du proche dont vous vous occupez régulièrement", explique l’association.  
Cette carte est personnalisable. Afin qu’elle soit trouvée facilement et rapidement, elle vous est fournie avec un étui transparent qui vous permet de la joindre à votre carte d’identité.
Pour vous procurer cette carte, contacter l’association nationale des aidants www.aidants.fr


L'association France Alzheimer a créé, également, une carte d'urgence de l'aidant, destinée aux proches de personnes malades. Le principe est le même :


Cette carte – format carte de visite - comprend le nom de l'aidant et les coordonnées des personnes à prévenir en cas d'urgence. "En cas de malaise ou d'hospitalisation de l'aidant, y figurent les numéros de téléphone de 1 ou 2 personnes à prévenir, car durant ce temps il ne pourra plus s'occuper de son proche malade ou invalide", explique France Alzheimer. Vous pouvez vous procurer cette carte auprès des associations départementales France Alzheimer qui correspond à votre domicile.

Toutes les informations sont disponibles sur www.francealzheimer.org