On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

17 août 2018
Prise en charge

L'utilité du cahier de liaison des aides à domicile

L'utilité du cahier de liaison des aides à domicile

Le maintien à domicile d’une personne âgée dépendante repose sur un travail d’équipe. Le cahier de liaison permet de garantir la transmission des informations utiles entre les différents intervenants.

 

C’est un simple cahier et pourtant son rôle dans la qualité du maintien à domicile est essentiel. La première finalité du cahier de liaison est en effet de transmettre les informations essentielles en lien avec le maintien à domicile de la personne âgée. Chaque intervenant y reporte ses observations à l’attention des autres partenaires. Cette transmission de l’information contribue à une meilleure coordination de la prise en charge de la personne âgée.

Le cahier de liaison reste au domicile, à disposition de la personne âgée et de ses proches, respectant ainsi sa dignité. Il peut parfois être nécessaire de ranger le cahier hors de portée de la personne aidée si sa pathologie peut la conduire à le perdre ou à le détruire.


Certaines personnes âgées peuvent être réticentes ou se sentir infantilisées par le fait que des informations sur leur vie quotidienne soient inscrites dans ce cahier. Pour établir une relation de confiance et rassurer, il est important d’expliquer à la personne âgée à quoi sert le cahier de liaison et lui dire ce qu’on y écrit.
 
De l'info et rien que de l'info


Le cahier de liaison ne doit comporter que des informations factuelles et pas des opinions, des jugements de valeur, des impressions sur la personne âgée.  Les intervenants à domicile vont y reporter les taches à accomplir (ex : lancer une machine à laver, changer les draps, etc…) ou des informations sur l’état de la personne âgée (refus de la prise du repas, humeur maussade, agitation ou bonne participation etc…). Ces informations sont également utiles à l’infirmière libérale, au médecin traitant.

Le cahier de liaison sert uniquement à de l’information utile. La transmission de ces éléments doit être claire et concise. Il est inutile de décrire longuement les tâches réalisées. Le cahier de liaison n’a pas pour finalité de « régler des comptes » entre la famille et les intervenants à domicile ou entre professionnels à domicile. En cas de mécontentement, la famille peut faire remonter ses observations au responsable du service d’aide à domicile ou échanger oralement avec l’intervenant à domicile.

 

Chaque aide à domicile doit adopter le bon réflexe de consulter dès sa prise de service le cahier de liaison pour prendre connaissance des informations laissées par les précédents intervenants. Il est également essentiel de mettre à jour le cahier de liaison à la fin de l’intervention.

 

Si aucun professionnel du domicile n’intervient le week-end chez la personne âgée, l’aidant familial peut laisser en quelques lignes un état des lieux du week-end pour permettre aux professionnels d’être éclairés dès la prise de leur service sur l’état de la personne âgée ou sur son humeur. Ces informations sont pas pas forcément en lien avec la pathologie de la personne aidée. Pour exemple, si la personne âgée a reçu la visite de ses petits-enfants le week-end, l'aidant peut indiquer en quelques mots "visite des petits-enfants, week end agréable", cela permettra à l'aide à domicile de discuter avec la personne âgée de cette visite.