Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

29 août 2018
Prise en charge

La téléconsultation remboursée à partir de septembre

La téléconsultation remboursée à partir de septembre

A partir du 15 septembre, tous les patients français pourront bénéficier d'une consultation à distance. Mode d'emploi de la téléconsultation.


Dès le 15 septembre, les patients pourront prendre rendez-vous avec leurs médecins traitants, généralistes ou spécialistes pour une consultation de télémédecine. Concrètement, la télémédecine est un acte médical effectué par un médecin, à distance, à l'aide d'outils informatiques. A l'heure du rendez-vous, le patient se connectera via internet sur un site. Il pourra éventuellement être accompagné par un autre professionnel. Le médecin, lui, mènera sa téléconsultation depuis son cabinet. Les patients pourront obtenir une consultation médicale à distance et recevoir une ordonnance par voie numérique. 

La téléconsultation est un vrai plus pour les personnes isolées (campagne, désert médical) ou les personnes âgées en perte d'autonomie.


Comment se déroule une consultation médicale à distance ?

Concrètement, c'est le médecin qui va envoyer un lien au patient, l'invitant à se connecter vers un site ou une application sécurisés, via son ordinateur ou une tablette équipé d'une webcam. Pour les patients qui n'en disposent pas ou ne sont pas familiers de ces technologies, ils pourront être assistés par un autre professionnel de santé équipé, comme un pharmacien ou une infirmière venant à domicile, deux professions en contact très réguliers avec les patients.
"Sur conseil de son médecin, le patient pourra également se rendre dans une cabine de téléconsultation installée à proximité. Celle-ci offre, en outre, l'avantage de disposer d'appareils de mesures (poids, IMC) et d'examens facilitant le diagnostic (tensiomètre, stéthoscope, fond d'œil, otoscope pour lecture des tympans). Ces cabines sont déjà actuellement en cours de déploiement dans les maisons de santé, dans les pharmacies ou dans d'autres lieux publics, facilement accessibles aux patients. Quelle que soit la modalité retenue, le patient doit donner son consentement à une prise en charge par téléconsultation", explique l'Assurance Maladie.

 

Quels tarifs et quels remboursements pour une acte de téléconsultation ?

 

Cette téléconsultation est au même tarif qu'un simple rendez-vous : 25 euros chez votre généraliste et 30 euros chez un spécialiste. La téléconsultation est prise en charge comme une consultation classique : 70 % remboursés par l'Assurance Maladie et 30 % remboursés par la complémentaire (prise en charge à 100 % pour les soins concernant des affections longue durée). Pour être remboursé, le malade devra téléconsulter son généraliste ou téléconsulter un expert prescrit par son médecin traitant. Le rendez-vous se fera via une plateforme sécurisée pour garantir le secret médical. Il ne reste plus qu'à convaincre votre généraliste de s'inscrire sur ce site, mis en ligne dans 3 mois.