Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

05 avril 2018
Solutions de répit

Les Cafés des aidants : souffler et s'informer

Les Cafés des aidants : souffler et s'informer

Echanger avec d'autres aidants autour d'un café. Une pause utile et nécessaire pour mieux accompagner sur la durée votre proche dépendant ou handicapé.

 

 S'informer sur les dispositifs et les solutions existants. Rencontrer d’autres personnes qui partagent les mêmes problématiques au quotidien, dans une atmosphère conviviale.

Ce sont là deux des objectifs des Café des aidants qui proposent un espace d’échanges et d’écoute où chacun peut venir partager ses expériences et ses questions sur l’accompagnement à domicile d’un proche en perte d’autonomie (personne handicapée ou personne âgée).

 

Quel fonctionnement ?

 

Comme l’explique l’Association nationale des aidants qui a lancé ce concept dès 2004, les rencontres permettent aux aidants :
• d’avoir des connaissances sur les dispositifs existants,

• de prendre du recul par rapport à leur situation,

• de rechercher de nouvelles pistes pour améliorer leur accompagnement,

• de pouvoir partager leurs expériences,

• de prendre un moment de pause dans leur accompagnement

 

Les rencontres, d’une durée moyenne d’1h30, se tiennent généralement le samedi matin et une fois par mois. L’entrée est libre et gratuite. Seules les consommations sont à la charge des participants.

Les rencontres sont animées par un psychologue ou un professionnel du Centre local d'information et de coordination (CLIC) et débutent par une conférence courte autour d’un thème prédéterminé, la séance se poursuit par un débat et des échanges entre les participants.

Ce temps est animé par une psychologue et un professionnel du CLIC autour d’un thème. Il est ouvert à toute personne en situation d’aidant, sans obligation d’inscription ni d’assiduité. « Les aidants familiaux ne sont pas dans l’obligation de s’inscrire à l’avance pour participer à un Café des aidants, même si les organisateurs le conseillent pour éviter que le groupe soit trop important », souligne l’Association nationale des aidants.


Où les trouver ?

La liste des Cafés des Aidants est disponible sur le site internet www.aidants.fr. Il est également possible de se renseigner auprès du CLIC de votre commune.