L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

05 avril 2018
Solutions de répit

Les Cafés des aidants : souffler et s'informer

Les Cafés des aidants : souffler et s'informer

Echanger avec d'autres aidants autour d'un café. Une pause utile et nécessaire pour mieux accompagner sur la durée votre proche dépendant ou handicapé.

 

 S'informer sur les dispositifs et les solutions existants. Rencontrer d’autres personnes qui partagent les mêmes problématiques au quotidien, dans une atmosphère conviviale.

Ce sont là deux des objectifs des Café des aidants qui proposent un espace d’échanges et d’écoute où chacun peut venir partager ses expériences et ses questions sur l’accompagnement à domicile d’un proche en perte d’autonomie (personne handicapée ou personne âgée).

 

Quel fonctionnement ?

 

Comme l’explique l’Association nationale des aidants qui a lancé ce concept dès 2004, les rencontres permettent aux aidants :
• d’avoir des connaissances sur les dispositifs existants,

• de prendre du recul par rapport à leur situation,

• de rechercher de nouvelles pistes pour améliorer leur accompagnement,

• de pouvoir partager leurs expériences,

• de prendre un moment de pause dans leur accompagnement

 

Les rencontres, d’une durée moyenne d’1h30, se tiennent généralement le samedi matin et une fois par mois. L’entrée est libre et gratuite. Seules les consommations sont à la charge des participants.

Les rencontres sont animées par un psychologue ou un professionnel du Centre local d'information et de coordination (CLIC) et débutent par une conférence courte autour d’un thème prédéterminé, la séance se poursuit par un débat et des échanges entre les participants.

Ce temps est animé par une psychologue et un professionnel du CLIC autour d’un thème. Il est ouvert à toute personne en situation d’aidant, sans obligation d’inscription ni d’assiduité. « Les aidants familiaux ne sont pas dans l’obligation de s’inscrire à l’avance pour participer à un Café des aidants, même si les organisateurs le conseillent pour éviter que le groupe soit trop important », souligne l’Association nationale des aidants.


Où les trouver ?

La liste des Cafés des Aidants est disponible sur le site internet www.aidants.fr. Il est également possible de se renseigner auprès du CLIC de votre commune.