On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

15 janvier 2019
Prévention

Une alimentation riche en fibres, un réflexe santé

Une alimentation riche en fibres, un réflexe santé

Consommer entre 25 à 29 grammes de fibres alimentaires par jour permettrait de réduire l'apparition de certaines pathologies comme le diabète de type 2, les maladies cardio-vasculaires, le cancer colorectal.


Commandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), une étude dont les résultats ont été relayés par la revue médicale The Lancet montrent que l'ajout de fibres et de céréales complètes à son alimentation est bénéfique pour la santé et réduit le risque de développer certaines maladies chroniques. Les chercheurs se sont concentrés sur les effets des fibres alimentaires et des céréales complètes sur le risque de mort prématurée et sur les taux de maladies cardiaques, cardio-vasculaires, d'AVC, de diabète de type 2, de cancer colorectal et de cancers associés à l'obésité (du sein, de l'endomètre, de l'œsophage et de la prostate).

 

Quelles sont les conclusions ?


- La consommation de 25 et 29 g de fibres alimentaires par jour réduit de 16 à 24% l'incidence des maladies coronariennes, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), du diabète de type 2 et du cancer colorectal.
- En outre, les chercheurs constatent que l'augmentation de la consommation de fibres était associée à un poids corporel et à un cholestérol plus faibles, par rapport à une réduction de la consommation.

Mais la consommation quotidienne moyenne est moindre : elle n'excède pas les 20 g/jour, dans le monde et en France, elle était de 17,5 g chez les hommes et de 16,1 g chez les femmes en 2015. « Pour arriver à 25 grammes de fibres, il faut manger par exemple, en une journée : 100 grammes de pruneaux, 100 grammes de pois chiches, 100 grammes de figues sèches et 100 grammes de lentilles. », détaille le site Pourquoidocteur.


Quels sont les aliments à privilégier ?


Pour augmenter sa consommation de fibres, il est conseillé de manger des céréales complètes, des légumineuses, des fruits et des légumes.