Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

28 septembre 2018
Avis d'expert

"Au-delà de 7 heures passées assis dans la journée, le risque est important pour la santé."

"Au-delà de 7 heures passées assis dans la journée, le risque est important pour la santé."
  • Professeur François Carré, fondateur de l'Observatoire de la sédentarité.
    " La nourriture du cerveau, c’est l’activité physique ! "

     

La sédentarité tue davantage que le tabac. Pour vivre plus et mieux, il faut bouger plus.  Etat des lieux avec François Carré, cardiologue et médecin du sport, professeur en physiologie cardio-vasculaire à l’université de Rennes 1.

 

 

 

 

 


Homo sapiens tend à devenir homo sedentarius. Quels sont les risques ?

 

Pr François Carré. Durant des milliers d’années, nos ancêtres, chasseurs-cueilleurs parcouraient plus de 15 kilomètres par jour. Du matin au soir, ils devaient marcher, courir, nager, chasser. Le corps s’est adapté à ces besoins physiques. Le squelette, les muscles, les tendons, les articulations et ligaments sont tous conçus pour être utilisés chaque jour.  Aujourd’hui, nous ne parcourons plus que 2,4 kilomètres en moyenne. L’espérance de vie sans incapacités recule en France. La sédentarité favorise le développement de nombreuses maladies chroniques telles que l'hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, le diabète, le cholestérol trop élevé, l'obésité, avec toutes les complications que cela implique. Certes, on vit plus longtemps en France mais pas forcément en bonne santé. Si nous ne changeons pas notre mode de vie, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous vivrons moins vieux que nos parents.

 

Rester assis trop longtemps dans la journée est mauvais pour la santé. Pourquoi ?

 

Pr. F.C. Au-delà de 7 heures passées assis dans la journée, le risque est important pour la santé.  En 70 ans, on est passé de la position debout à la position assise et le corps humain n’a pas pu s’adapter. Pour évaluer votre sédentarité, il est important également de compter le nombre d’heures que vous passez devant votre télévision. En France, la moyenne est de 3 h 50, par personne et par jour, devant la télévision. Or, selon une étude parue en 2014, une personne regardant la télévision au moins 3 heures par jour double son risque de décès par rapport à une autre qui ne reste assise qu’une heure devant l’écran.
Il faut également tenir compte d’un autre critère : le temps passé assis sans se lever du tout. Il est primordial de se lever au-moins deux minutes toutes les deux heures pour réduire les risques de pression artérielle, cardiaque ou le cholestérol. Avec le fait de rester assis trop longtemps, les vaisseaux sanguins perdent leur capacité à se dilater. Concrètement, une personne qui effectue une heure de sport par jour mais qui  reste assise pendant environ 10 heures durant la journée perd presque 80 % des bénéfices acquis pour sa santé. L’être humain n’est pas fait pour rester assis.


Quel est le lien entre la sédentarité et le risque de développer la maladie d’Alzheimer ?

 

Pr. F.C. La nourriture du cerveau, c’est l’activité physique ! Elle va permettre une meilleure circulation sanguine. Si le sang circule mieux, les neurones sont mieux irriguer et on favorise la connexion de neurones à neurones. L’activité physique booste le moral, améliore les relations sociales, régule le sommeil, préserve la mémoire.

 

Quel que soit l’âge auquel on commence, l’activité physique peut-elle porter ses fruits pour prévenir la perte d’autonomie ?

 

Pr. F.C. Après 65 ans, il est nécessaire d’avoir une activité physique d’au moins une heure par jour. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande d’effectuer 10 000 pas par jour. A priori, chacun est en mesure de penser qu’il les effectue chaque jour. Mais il suffit de s’équiper d’un podomètre pour se rendre compte que c’est rarement le cas. A partir de 45/55 ans, il y a une fonte musculaire qui augmente le risque de chute. L'activité physique va contribuer à freiner cette perte de masse musculaire. Il n’y a pas de pathologie qui interdise de marcher. Le message à faire passer aux personnes âgées même dépendantes est « Marchez, avec l’aide d’une canne, d’un déambulateur mais marchez ! ». Pour lutter contre l’arthrose, l’ostéoporose, le mal au dos, il est indispensable de marcher. Certes au départ, il y a la douleur liée au mouvement mais il faut dépasser ce cap. Marcher 10 minutes, quatre fois par jour, suffit pour gagner en espérance de vie.

 

Le Pr François Carré a publié " Danger sédentarité. Vivre en bougeant plus" aux Editions du Cherche Midi.