Pour les personnes âgées comme pour leurs proches aidants, la saison estivale est bien souvent une période qui appelle à de nombreuses vigilances. C’est tout particulièrement vrai quand la France est touchée par un épisode caniculaire comme c’est le cas depuis le 24 juin. Les températures devraient osciller sur la plupart des régions entre 35 °C à 39 °C pendant toute la semaine.
Avec le réchauffement climatique, ces épisodes caniculaires seront de plus en plus nombreux et de plus en plus intenses. Depuis la canicule de 2003 et ses 15.000 décès entre le 1er et 20 août, majoritairement chez les personnes âgées, la France a adopté le Plan national canicule, un dispositif de prévention efficace. Mais il n’est pas superflu de rappeler, comme le fait Domimag, les mesures de précaution à prendre pour protéger les personnes âgées lors des fortes chaleurs.
Redoublons de vigilance surtout avec les personnes âgées isolées ! Celles qui le sont tout au long de l’année tout comme celles qui le seront durant les mois de juillet et d’août, avec le départ en vacances de leurs proches. Repérer, prévenir, conseiller, sensibiliser : quand les températures grimpent, les professionnels de l’aide à domicile jouent alors un rôle clé auprès des seniors les plus fragiles.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

28 novembre 2018
Avis d'expert

"La dénutrition est une affection silencieuse, non douloureuse et lourde de conséquences"

"La dénutrition est une affection silencieuse, non douloureuse et lourde de conséquences"
  • Éric Fontaine, fondateur du Collectif de lutte contre la dénutrition.

Plus de 2 millions de Français souffrent de dénutrition. Et plus précisément : 50 % des personnes âgées hospitalisées, 40 % des malades d'Alzheimer et des personnes âgées vivant en établissement.

 

Une personne âgée qui n'a plus la force de faire les courses ou la cuisine, qui n'a plus assez d'appétit, et un malade n'arrive pas à manger parce qu'il souffre de nausées font partie des exemples concrets de dénutrition. Le vieillissement, qui réduit l'appétit, et les maladies chroniques, peuvent expliquer ce phénomène. Mais le problème est encore sous-évalué et sous-diagnostiqué. N'importe quelle personne est à risque : enfants, adolescents, adultes, malades, personnes âgées, en surpoids ou obèse, vivant à domicile ou en institution.


Le Collectif de lutte contre la dénutrition (CLD) a été fondé en début de l'année 2016 à l'initiative du Professeur Éric Fontaine, Président de la Société francophone de nutrition clinique et métabolisme (SFNEP). Objectif : mobiliser la population afin de contraindre les pouvoirs publics à mettre fin à la dénutrition aujourd'hui en France. Il rassemble de nombreux acteurs de la société civile venant d'horizons différents : des associations de patients, des aidants, des proches et usagers des établissements de santé, des professionnels de santé (médecins, diététiciens, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, pharmaciens), des anthropologues, des sociologues, des philosophes, des économistes, des gestionnaires, des acteurs de l'économie sociale et solidaire et de la nutrition clinique, des personnalités religieuses et politiques.


Le lundi 26 novembre, le Collectif de lutte contre la dénutrition, a lancé, une campagne nationale d'information. Pour mobiliser l'opinion publique, le collectif a réalisé un film destiné aux réseaux sociaux, https://www.youtube.com/watch?v=bXp3blCOnIU et lance un site d'information http://alertedenutrition.fr/


Qu'est-ce que la dénutrition ?


La dénutrition résulte d'un déficit énergétique et protéique de l'organisme, causé soit par une insuffisance des apports alimentaires, soit par une augmentation des pertes, soit par une association de ces deux causes. Ce n'est pas à proprement parler une maladie, mais un syndrome, c'est-à-dire une combinaison de facteurs qui vont concourir à la dégradation de l'état général. En pratique, elle se définit par un indice de masse corporelle (IMC) au-dessous des courbes minimales des carnets de santé, et une perte de poids involontaire de plus de 5% en un mois ou de plus de 10% en six mois. Lorsque c'est de la graisse, ce n'est pas grave, mais lorsque c'est du muscle, c'est beaucoup plus problématique.

 

La dénutrition provoque diverses conséquences, telles qu'une infection, une altération des différentes fonctions physiologiques essentielles (musculaire, immunitaire, cicatrisation), une fonte de la masse musculaire, un risque de chute, un retentissement psychique et relationnel voire la mort lorsque la masse protéique excède 50%, une fragilisation des défenses naturelles, un ralentissement de la guérison, un risque de complication en cas de maladies tierces...

 

Qui est touché par la dénutrition ?


Plus de deux millions de personnes souffrent en France de dénutrition, notamment des personnes âgées ou malades. Aujourd'hui, la dénutrition touche 4% à 10 % des personnes âgées de des de 70 ans vivant à domicile, 10 % des plus de 80 ans en couple et 23 % des plus de 70 ans vivant seuls. De plus, 270 000 personnes vivant en maison de retraite sont dénutries. C''est à l'hôpital que la dénutrition est la plus fréquemment observée en situation aiguë : la moitié des personnes âgées sont concernées et plus généralement 20 à 40 % des personnes hospitalisées. Par ailleurs, autant de malades d'Alzheimer que de malades cancéreux sont à risque, à hauteur de 40% pour chacune de ces situations.

 

Quelles sont les conséquences de la dénutrition ?


La dénutrition est une affection silencieuse, non douloureuse lourde de conséquences. Les conséquences de la dénutrition peuvent être graves : infections fréquentes, altérations de différentes fonctions physiologiques, fonte de la masse musculaire, atteinte du système immunitaire, risque de chute, retentissement psychique et émotionnel et même la mort quand la perte de masse protéique excède 50 %.

La dénutrition se traduit par une perte de poids, même en cas de surcharge pondérale (perte de 5% de son poids en un mois ou 10% en six mois) et/ou par une maigreur lorsque l'indice de masse corporelle est inférieur aux normes pour l'âge.


Quels sont les signaux d'alerte à surveiller ?


- Des vêtements qui "flottent" ou une alliance qui ne tient plus au doigt

- Un frigo vide ou des restes de nourriture qui s'accumulent
- La prise de moins de trois repas par jours et / ou une assiette non terminée
- Une perte récente de 3 kg ou plus
- Une perte d'autonomie physique ou psychique
- Une sensation de solitude ou un état dépressif
- Des problèmes bucco-dentaires
- Un régime restrictif (régime sans sel)
- Des troubles de la déglutition
- Une maladie (pour un sénior ou pour une personne âgée)

 

Retrouvez sur le site http://alertedenutrition.fr/ de nombreux conseils pour la préparation des repas et la prise des repas, applicables notamment pour les personnes âgées qui ont perdu l'appétit et les points de vigilance à observer pour prévenir et lutter contre le risque de dénutrition.