On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

On l'appelle le « tueur silencieux ». Et pourtant l'hypertension artérielle qui constitue l'une des principales causes de complications cardiovasculaires, cérébrovasculaires et neurodégénératives reste méconnue par plus de 50% des Français. 
Essoufflement, fatigue, palpitations... Ces symptômes peuvent être les signes d'une Fibrillation Atriale (FA), un trouble du rythme cardiaque. Cette pathologie touche 1% de la population française, notamment les plus de 65 ans et, représente un facteur de risque majeur de l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC).
Selon une enquête IPSOS, 49% des Français se disent mal informés sur les signes d'alerte de l'AVC. Et ils ne sont que 39% à connaître les bons réflexes à adopter. A l'occasion de la journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral (AVC), qui se tiendra le 29 octobre, voici les signes…
25 % des personnes hypertendues ne prennent pas correctement leur traitement. Le Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle (CFLHTA) a mis au point deux outils pour un usage en auto-diagnostic afin d'estimer le niveau d'observance, à savoir si le traitement est pris régulièrement et conformément à la prescription.
Plusieurs études affirment qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire augmente le risque de maladies cardiaques. Une raison de plus pour les personnes âgées de prendre soin de  leurs dents.
L'automesure de la pression artérielle à domicile chez les personnes âgées permet de diagnostiquer les risques d'hypertension. Explications du Dr Nicolas Postel-Vinay, médecin de l’unité d'hypertension artérielle à l’hôpital européen Georges Pompidou (Paris).
En France, un accident vasculaire cérébral (AVC) survient toutes les quatre minutes. Le risque augmente fortement avec l’âge. Il est essentiel de reconnaître les signes pour réagir vite. Le 29 octobre, journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral (AVC) est l'occasion de s'informer