Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Une mission parlementaire propose de créer un "statut spécifique" afin d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche "invisible et gratuite" dans les droits à la retraite.

Les anciens malades du cancer et de l'hépatite C n'ont plus à mentionner officiellement leur pathologie lors d’une demande d’assurance emprunteur. Explications.

Le Conseil national de l’ordre des médecins et le Conseil supérieur du notariat ont récemment publié un guide pratique intitulé «Vulnérabilité, maladie, fin de vie».

Environ 60 % des personnes de plus de 65 ans souffrent d'arthrose. Après 70 ans, plus de 85 % de la population est touchée. Une bonne hygiène de vie permet de soulager la douleur. 

En hiver, la quantité moyenne de lumière mesurée dans une maison est d´environ 50 à 100 lux soit 1000 fois moins qu´en plein été. Les personnes âgées passent plus de temps à l’intérieur en raison de mobilité réduite, ce qui entraîne une réduction d’exposition à la lumière. La luminothérapie peut être une solution. Conseils pour choisir son équipement.

Face aux diverses pathologies à gérer chez leur proche en perte d’autonomie, la santé bucco-dentaire est trop souvent oubliée par les aidants. L’hygiène bucco-dentaire est capitale en cas de maladie chronique. Explications de l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD).

La perte de poids involontaire constitue un signal d'alerte sur une situation de malnutrition d’une personne âgée. Il faut réagir vite pour éviter la perte d'autonomie.

Prise en charge

A quoi sert une MAIA ?

Les Maia sont  destinées à coordonner la prise en charge des personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer ou en perte d'autonomie. Elles offrent aussi un accompagnement aux aidants pour éviter le parcours du combattant. Présentation.

Les seniors sont largement « représentés » chez les victimes d’accident vasculaire cérébral (AVC). Face à un AVC, on a 4 heures 30 pour agir. Chaque minute compte dès le premier symptôme et, le pronostic d’une personne souffrant d’AVC dépend de la rapidité de sa prise en charge. Appelez le 15 !

Poignets, hanche, vertèbres… L’ostéoporose est une perte de la résistance des os qui prédispose aux fractures. Cette maladie est encore méconnue et largement sous-estimée. Pourtant, un examen de dépistage existe, l’ostéodensitométrie, et différentes actions de prévention peuvent être menées : alimentation, activité physique, posture, gestes adaptés, prise en charge.

Avec l’avancée en âge, la vision se détériore progressivement. En plus de la presbytie normale chez tous les individus qui vieillissent, différents troubles de la vue touchent plus particulièrement les personnes âgées.

Les 65-75 ans rechignent à se faire vacciner contre la grippe. Plus de la moitié des seniors refusent le vaccin antigrippal parce qu’ils le trouvent inefficace ou dangereux. Mais cette perte de confiance fait des ravages parmi les 65–75 ans. Beaucoup d’idées reçues et de rumeurs circulent sur le vaccin de la grippe. Le point pour remettre les pendules à l'heure.