L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Apprendre que l’on souffre d’un cancer est un choc violent. Il appartient à l’entourage d'accompagner et soutenir le malade pour lui épargner un sentiment d’abandon.

Nombre de patients âgés vivant à domicile bénéficient de soins dispensés par une infirmière libérale. Sylvie Barros, infirmière libérale à Maisse (Essonne) et présidente départementale de l’Union régionale des professions de santé (URPS) infirmiers rappelle le rôle de ces professionnels de santé auprès des personnes âgées dépendantes et de leurs aidants.

L’aide à la toilette d’une personne âgée dépendante n’est pas un simple acte d’hygiène. C’est un acte qui fait entrer la relation aidant-aidé dans la sphère de l’intime. Une attitude et des gestes respectant la pudeur de votre proche sont indispensables.

Apprendre à accompagner un proche dépendant au quotidien, c’est également apprendre à déléguer certaines tâches à des tierces personnes sans culpabiliser.

Bien vieillir à domicile en dépit d'un handicap visuel nécessite certains aménagements. La priorité étant de sécuriser le logement afin d'éviter les chutes et les accidents domestiques.

Se former en tant qu’aidant familial ne signifie pas devenir un professionnel de l’aide, mais apprendre les attitudes et les comportements adaptés aux situations quotidiennes souvent difficiles.

Pratiquer une activité physique régulière permet d'augmenter l'espérance de vie et de réduire les risques de perte d'autonomie. Roger Rua, médecin du sport à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et président du Club des acteurs de la prévention rappelle les incidences délétères de la sédentarité et l'importance de bouger pour bien vieillir.

Canne, béquille, cadre de marche, déambulateur : différentes aides à la marche facilitent les déplacements des personnes âgées. En fonction du degré de perte d’autonomie. Explications.

Les accidents domestiques font des milliers de morts chaque année en France et les plus touchés sont les personnes de plus de 65 ans. Des précautions peuvent être prises pour limiter les risques.

Les personnes âgées ont tendance à diminuer leurs apports alimentaires. Pour éviter la dénutrition, pensez à enrichir leur alimentation en protéines.

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer est un diagnostic complexe, qui doit être posé par une équipe pluridisciplinaire.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est la première cause de malvoyance, en France, chez les plus de 50 ans. Un million de personnes sont atteintes par cette maladie. Un diagnostic précoce permet une prise en charge plus efficace.