Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Le gouvernement a décidé de reporter le prélèvement à la source à 2020 pour les salariés des particuliers (aides à domicile, gardes d'enfant, jardiniers...). Ces employés vont bien payer des impôts sur leurs revenus de 2019 mais seulement en 2020 soit un an après tous les autres contribuables. Explications.

25 % des personnes hypertendues ne prennent pas correctement leur traitement. Le Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle (CFLHTA) a mis au point deux outils pour un usage en auto-diagnostic afin d'estimer le niveau d'observance, à savoir si le traitement est pris régulièrement et conformément à la prescription.

Des aliments mal conservés, pas assez cuits, ou des transferts de contaminants entre aliments, peuvent rendre malades notamment les personnes âgées, plus vulnérables. L'été, en raison de plus fortes chaleurs, la vigilance est de mise.

La cohabitation entre une personne âgée et un étudiant, appelée colocation intergénérationnelle, est une formule en plein développement. Elle permet de rompre l’isolement des personnes âgées, de leur apporter un supplément de revenu et de proposer à des jeunes une solution pour se loger à moindre coût.

Le maintien à domicile d’une personne âgée dépendante repose sur un travail d’équipe. Le cahier de liaison permet de garantir la transmission des informations utiles entre les différents intervenants.

S'il faut se méfier toute l'année des risques de déshydratation chez la personne âgée, les périodes de fortes chaleurs demandent plus d'attention.

Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables en période de fortes chaleurs.  Le premier échelon du plan canicule a été activé le 1er juin et le restera jusqu'au 15 septembre. Le point sur les précautions à prendre et les gestes à éviter.

30 minutes pour recharger ses batteries dans la journée. La sieste présente de grandes vertus pour les personnes âgées.  

Les personnes âgées en perte d'autonomie sont souvent atteintes de plusieurs pathologies. Lors des fortes chaleurs estivales, il faut être vigilant car certains médicaments peuvent empêcher ou gêner la thermorégulation du corps. Il est également important de respecter les conseils de conservation et de transport des produits de santé. Voici les recommandations de l'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM).

Selon une étude réalisée par l'institut CSA pour l'association les Petits frères des pauvres, 300 000 personnes âgées de plus de 60 ans - soit l'équivalent de la population d'une ville comme Nantes - sont en situation de "mort sociale". La solitude et l'isolement sont des facteurs aggravants de la perte progressive d'autonomie des personnes âgées. Voici quelques solutions pour rompre cet isolement.

Partir en vacances lorsque l'on s'occupe d'un proche dépendant, c'est possible ! Des solutions existent pour permettre aux aidants de s'accorder une parenthèse avec la personne aidée.

Dépister la perte d’audition chez les seniors contribue au bien-vieillir.  Trop peu diagnostiquée, la déficience auditive a d'importantes répercussions sur la vie quotidienne de la personne âgée. Selon une étude scientifique, les personnes malentendantes non équipées voient leur risque de dépendance précoce s'accroître.