L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Le crédit d'impôt est un coup de pouce financier à ne pas négliger pour employer une aide à domicile ou entreprendre des travaux d'adaptation de son logement pour les personnes âgées ou handicapées. Le point sur ce qui change depuis le 1er janvier 2018.

Adaptation du logement

Installer un monte-escalier

Les escaliers sont responsables d’un tiers des chutes accidentelles chez la personne âgée. Dans certains cas de figure, l’installation d’un monte-escalier devient indispensable à la sécurité du domicile. Comment choisir ?

Certaines applications mobiles sont très pratiques pour aider au quotidien les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson et leurs aidants. Tour d'horizon.

Une mission parlementaire propose de créer un "statut spécifique" afin d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche "invisible et gratuite" dans les droits à la retraite.

Les anciens malades du cancer et de l'hépatite C n'ont plus à mentionner officiellement leur pathologie lors d’une demande d’assurance emprunteur. Explications.

Le Conseil national de l’ordre des médecins et le Conseil supérieur du notariat ont récemment publié un guide pratique intitulé «Vulnérabilité, maladie, fin de vie».

Bien vieillir chez soi, c’est aussi respirer au quotidien un air de qualité. Trop souvent oublié, la qualité de l’air intérieur est essentielle pour éviter les problèmes de santé.

Environ 60 % des personnes de plus de 65 ans souffrent d'arthrose. Après 70 ans, plus de 85 % de la population est touchée. Une bonne hygiène de vie permet de soulager la douleur. 

En hiver, la quantité moyenne de lumière mesurée dans une maison est d´environ 50 à 100 lux soit 1000 fois moins qu´en plein été. Les personnes âgées passent plus de temps à l’intérieur en raison de mobilité réduite, ce qui entraîne une réduction d’exposition à la lumière. La luminothérapie peut être une solution. Conseils pour choisir son équipement.

Face aux diverses pathologies à gérer chez leur proche en perte d’autonomie, la santé bucco-dentaire est trop souvent oubliée par les aidants. L’hygiène bucco-dentaire est capitale en cas de maladie chronique. Explications de l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD).

La perte de poids involontaire constitue un signal d'alerte sur une situation de malnutrition d’une personne âgée. Il faut réagir vite pour éviter la perte d'autonomie.

Prise en charge

A quoi sert une MAIA ?

Les Maia sont  destinées à coordonner la prise en charge des personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer ou en perte d'autonomie. Elles offrent aussi un accompagnement aux aidants pour éviter le parcours du combattant. Présentation.