175 propositions pour réformer la politique du grand âge et l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie à domicile comme en établissement. Dominique Libault, président du Haut Conseil du financement de la protection sociale et pilote de la concertation « Grand âge et autonomie », a remis son rapport, le 28 mars, à la ministre des Solidarités et de la Santé.
Quatre ans après la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), ce rapport devrait servir de base à l’élaboration de la future loi « Grand âge et autonomie ». Un projet de loi attendu pour l’automne.
« Nous finaliserons pour cet automne une stratégie », a affirmé, lors d’une conférence de presse le 25 avril, le président de la République. Emmanuel Macron a par ailleurs affiché sa volonté d'une meilleure reconnaissance des aidants familiaux, pour les « millions de citoyens qui sont là comme oubliés, ce sont celles et ceux qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, d'une personne de la famille devenue dépendante ».
Comment améliorer la prise en charge de nos aînés ? Comment résoudre la problématique du financement de la dépendance ? Comment répondre à la volonté de 85% de Français de vieillir à domicile ? Il va falloir désormais construire une loi à la hauteur de ces défis.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Les Français attendent majoritairement de l'État plus de prise en charge de la dépendance et continuent de privilégier les solutions de prise en charge à domicile.

Les aides techniques permettent aux personnes âgées ou handicapées de continuer à réaliser les actes essentiels de la vie quotidienne. Plusieurs aides financières permettent de s'équiper.

La maladie d'Alzheimer : tout ce que vous avez toujours voulu savoir ... C'est le titre du MOOC (Massive Online Open Course), un cours gratuit en ligne réalisé par l'université de la Sorbonne à Paris et destiné au grand public et aux professionnels de santé. Ce cours, qui se déroule sur cinq semaines, commence le 3 avril 2018. Les inscriptions sont déjà ouvertes.

Auxivision est la première application communautaire regroupant toutes les informations essentielles pour les personnes malvoyantes et non-voyantes et leurs aidants. un outil utile pour leur faciliter la vie quotidienne.

En France, le mois de mars est consacré à la sensibilisation au cancer colorectal.  Deuxième cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal se guérit pourtant dans 9 cas sur 10 s'il est détecté à un stade précoce. Il important que les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans participent au dépistage.

Destiné aux personnes de 75 ans et plus, le « Diagnostic Bien chez moi » est une prestation d'ergothérapie à domicile, mise en place par les régimes de retraite complémentaire.

Face à la maladie ou la perte d'autonomie, désigner une personne de confiance peut être un moyen d'être assisté en cas de besoin. Explications.

« Savoir être aidant » est un nouvel outil de formation pédagogique en ligne, accessible à tous les aidants gratuitement afin de les informer sur les enjeux du bien-vieillir et de les accompagner au quotidien.

Aider une personne à remonter dans son lit, à se lever de son fauteuil, à se relever après une chute... L'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) publie une série de dix films pour apprendre à avoir les bons gestes lors de la manutention de personnes en perte d'autonomie et éviter ainsi les troubles musculo-squelletiques (TMS).

Stimuler sa mémoire contribue à prévenir la maladie d'Alzheimer. Des activités intellectuelles (jeux de société, lecture...) et des exercices cognitifs sont recommandés après 60 ans.

La loi française donne le droit de rédiger ses volontés en vue de la gestion médicale de la fin de vie, à travers des "directives anticipées". D’après un sondage présenté le 6 février au ministère des Solidarités et de la Santé, 58% des personnes interrogées ne connaissaient pas les directives anticipées. Pour les autres, seuls 11% en ont déjà rédigées. 32% envisagent de le faire et 51% ne l’envisagent pas. Explications.

A l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, le 4 février, les médecins de l'Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon reviennent sur de nombreuses idées reçues concernant cette maladie. Voici les informations pour démêler le vrai du faux.