On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

11 janvier 2019
Sécurité au quotidien

Sécuriser votre escalier pour éviter les chutes

Sécuriser votre escalier pour éviter les chutes

Monter et descendre l’escalier intérieur de son domicile : un geste quotidien à risque pour les personnes âgées en perte d’autonomie. Certaines précautions sont à prendre pour éviter tout risque de chutes.

 

Chaque année, on dénombre plus de 400.000 chutes par an en France chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Un tiers des plus de 65 ans et la moitié de plus de 85 ans font une ou plusieurs chutes par an.

Avec l’avancé en âge, certains aménagements sont nécessaires pour emprunter l’escalier intérieur du domicile en toute sécurité.

 

L’éclairage


L’escalier doit être uniformément éclairé en particulier pour les personnes âgées ayant une baisse de l’acuité visuelle.  

Un éclairage homogène sans zone d’ombre sur tout le cheminement et indirect est recommandé pour éviter l’éblouissement en montant ou en descendant ; ne pas hésiter à utiliser des ampoules de 75 à 100 watts

Posez un interrupteur d’éclairage au bas et en haut de l’escalier.

 

Les marches

La hauteur des marches ne doit pas excéder 15 cm et la profondeur avoisiner les 30 cm. Vérifier qu'il n'y a pas de surfaces inégales, de fissures, de bosses dans le revêtement ou de clous qui dépassent. Augmentez la visibilité du bord des marches en appliquant de la peinture ou une bande de couleur contrastante.

 

Le tapis dans les escaliers est souvent une cause de chutes.  Ne déposez pas de tapis sur les marches, ni en haut ni au bas des escaliers.

La sécurité dans l’escalier peut être renforcée par la pose de nez de marches antidérapants et contrastés (autour de 40 € par marche).

 

Installer une double main courante


La barre d’appui, appelée main courante, doit être installée côté mur et côté rampe. Elle permet à la personne âgée de se tenir avec les deux mains ce qui l’aide à mieux assurer son équilibre et aussi à produire moins d’efforts lors de ses déplacements.
Les mains courantes doivent être rigides, facilement préhensiles, se prolonger au-delà de la première et de la dernière marche débordante de 30 cm à chaque extrémité et être différenciées visuellement de la paroi.
Fixez solidement les mains courantes aux murs et aux poteaux. Vous devriez être en mesure de placer tout votre poids sur la main courante sans endommager le mur, le poteau ou la main courante elle-même

 

Les bons réflexes

-  Ne laissez pas d’objets sur les marches et assurez-vous que les objets laissés sur les paliers ne causent pas de distraction ou d’obstruction

- Regardez les marches à mesure que vous montez ou descendez.

- Enlevez vos lunettes de lecture avant de monter ou de descendre.

- Ne vous pressez jamais dans les escaliers. C’est souvent la précipitation qui entraine la chute.

- Tenez toujours la main courante lorsque vous montez ou descendez l’escalier, ou restez toujours à portée de la main courante.

 

- Si vous avez un animal de compagnie, veillez à ce qu’il ne cherche pas à monter en même temps que vous !


- Veillez à être correctement chaussé. Evitez les chaussettes sur un escalier glissant (carrelage, bois notamment), les chaussures mal lacées, les hauts-talons…

- Soyez particulièrement prudent dans les escaliers si vous prenez des médicaments qui causent le vertige.