L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

17 août 2018
Prévention

Personnes âgées : gare aux intoxications alimentaires en été

Personnes âgées : gare aux intoxications alimentaires en été

Des aliments mal conservés, pas assez cuits, ou des transferts de contaminants entre aliments, peuvent rendre malades notamment les personnes âgées, plus vulnérables. L'été, en raison de plus fortes chaleurs, la vigilance est de mise.

 

Nausées et vomissements, diarrhée et crampes abdominales, céphalées, parfois fièvre et prostration sont les symptômes des intoxications alimentaires. Chaque année, un tiers des toxi-infections alimentaires déclarées surviennent au domicile. Les conséquences peuvent être graves pour les personnes âgées dont l’organisme est plus vulnérable. L'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) rappelle les erreurs à éviter et préconise quelques gestes simples pour limiter les risques d'intoxication alimentaire.


1. Se laver les mains avant et pendant la préparation des repas pour limiter la contamination des aliments et de soi-même par des micro-organismes pouvant causer des troubles digestifs plus ou moins graves. Pour être efficace, le lavage doit être fait à l’eau chaude avec du savon ou un détergent pendant 20 secondes.


2. Eviter de cuisiner pour la famille en cas de gastro-entérite. A défaut, on se désinfecte les mains avec insistance et on réchauffe des plats tout préparés ou nécessitant un minimum de manipulation.


3. Placer les aliments au réfrigérateur au plus tard deux heures après leur préparation.


4. Maintenir la zone la plus froide du réfrigérateur entre 0 et + 4° C ce qui permet de stopper la croissance des micro-organismes comme la salmonelle. Vérifier l'étanchéité des portes.


5. Utiliser une planche à découper pour chaque type d'aliments : une pour les viandes et poissons crus, une pour les produits cuits et les légumes propres. Utiliser des ustensiles, des plats et des torchons propres, une fois les aliments cuits.


6. Nettoyer le réfrigérateur avec du détergent ou de l'eau de javel dès que des aliments s'y renversent et que les surfaces sont salies. Emballer bien les aliments dans des boîtes hermétiques.


7. Consommer de la viande hachée bien cuite pour se protéger des bactéries pathogènes telles que Escherichia coli. Cette précaution est particulièrement nécessaire pour les personnes âgées dont l'organisme est plus fragile.


8. S'abstenir de manger de la viande et des poissons crus, façon tartare ou carpaccio, et des produits au lait cru.


9. Garder moins de 3 jours des produits laitiers, plats cuisinés, pâtisseries à base de crème et autres aliments « très périssables » non préemballées sur lesquels il n'y a aucune date limite de consommation.

10. Les fruits et légumes, qu'ils soient bio ou pas, doivent être lavés, surtout si on les consomme avec la peau

 


5. Utiliser une planche à découper pour chaque type d'aliments : une pour les viandes et poissons crus, une pour les produits cuits et les légumes propres. Utiliser des ustensiles, des plats et des torchons propres, une fois les aliments cuits.


6. Nettoyer le réfrigérateur avec du détergent ou de l'eau de javel dès que des aliments s'y renversent et que les surfaces sont salies. Emballer bien les aliments.


7. Consommer de la viande hachée bien cuite pour se protéger des bactéries pathogènes. Une précaution nécessaire pour les personnes âgées dont l'organisme est plus fragile.
S'abstenir de manger de la viande et des poissons crus, façon tartare ou carpaccio, et des produits au lait cru.


8. Garder moins de 3 jours des produits laitiers, plats cuisinés, pâtisseries à base de crème et autres aliments « très périssables » non préemballées sur lesquels il n'y a aucune date limite de consommation.