On juge une société à la manière dont elle traite ses anciens. Si l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie concerne aujourd’hui près de 5 millions de Français en tant que proches aidants, le rôle et la place que l’on souhaite donner aux plus âgés dans notre société implique chacun d’entre nous.

Le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une grande consultation citoyenne sur la prise en charge de la perte d’autonomie. Pendant deux mois, du 1er octobre au 9 décembre 2018, les Français(es), y compris les plus jeunes, vont pouvoir répondre librement à la question : « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? »

Des groupes d’expression et des entretiens individuels seront organisés pour recueillir la parole des personnes âgées, des familles et des professionnels. Cette consultation de la société civile nourrira la réflexion du gouvernement au moment de préparer le projet de loi « Grand âge et autonomie » en 2019.

Et vous, quelles sont vos propositions et idées pour une société inclusive pour les personnes âgées ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

08 octobre 2018
Avis d'expert

Comment mieux prendre soin de nos aînés ?

Comment mieux prendre soin de nos aînés ?
  • Une consultation citoyenne sur le grand âge et l'autonomie

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, lance une concertation nationale sur la question de la dépendance. Jusqu'au 1er décembre, plus de 10 millions de citoyens, de tout âge et venus de toutes les régions sont invités à y participer. 

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a lancé le 1er octobre un débat et une concertation nationale et citoyenne « Grand âge et autonomie ».

La concertation et le débat portent sur un champ large :

 

 

  1. Permettre le libre choix des personnes âgées, l'exercice de leurs droits et leur consentement aux mesures les concernant
  2. Identifier les moyens d'une prévention plus efficace de la perte d'autonomie et d'une politique de recherche plus ambitieuse
  3. Simplifier le parcours des personnes âgées en assurant une continuité et une plus grande rapidité dans la prise en charge
  4. Définir les mesures nécessaires pour soutenir les aidants familiaux et trouver de nouvelles formes d'accompagnement solidaire des personnes âgées, par le bénévolat notamment
  5. Apporter des réponses aux enjeux de formation, de qualité de vie au travail et d'attractivité des métiers pour les personnels intervenant dans l'accompagnement et le soin aux personnes âgées
  6. Redéfinir une offre préservant au maximum la liberté de choix de la personne et le respect de son cadre de vie
  7. Rénover les aides et les prestations pour les rendre plus lisibles, plus équitables, en maîtrisant les charges financières pour les familles
  8. Définir les modalités de financement des prises en charge à domicile et en établissements afin d'en garantir l'accessibilité pour les familles
  9. Accroître la qualité des prestations en établissements et à domicile


Comment participer à la consultation ?

 

La concertation intitulée « Comment mieux prendre soin de nos aînés », se déclinera d'abord sur internet pendant deux mois, jusqu'au 1er décembre, (où les internautes, y compris les plus jeunes), pourront formuler des propositions. Le gouvernement espère ainsi attirer 500.000 contributeurs.

 

Une plateforme est mise à disposition des citoyens jusqu'au 1er décembre 2018 pour répondre à la question : « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? »:

 

www.grande-consultation-aines.make.org)


Le principe est simple : vous formulez via le site une/ou plusieurs propositions en 140 signes pour améliorer le quotidien des seniors. Vous pouvez également vous prononcer sur une dizaine d'idées émises par d'autres participants, en cliquant sur un pouce vert (si vous trouvez que c'est une bonne idée), gris (neutre), ou rouge (mauvaise idée). En fonction de votre choix, plusieurs éléments d'approfondissement-vous sont proposés. Vous pouvez par exemple préciser si vous trouvez ça "irréaliste", "banal" ou indiquer "je n'ai pas compris".


Tous les citoyens peuvent participer à la consultation et être informés des résultats.


Les propositions recueillies sont systématiquement classées, regroupées en idées, afin de dégager les grands thèmes et priorités des Français, et « fixer l'agenda citoyen de la réforme gouvernementale » sur la prise en charge de la dépendance. « Ce sont les votes des Français qui feront émerger les priorités d'action. Plus la participation sera forte, plus les priorités citoyennes seront claires », précise le ministère.

 

Des « forums régionaux » mêlant acteurs institutionnels et associations, des « ateliers thématiques » et des entretiens avec plus de 60 personnes âgées, sont également prévus.

 

Des groupes d'expression donneront la parole aux personnes âgées prises en charge en établissements ou à domicile, à leurs familles, aux aidants et aux professionnels du secteur médico-social (aides-soignants, kinésithérapeutes, infirmières à domicile...).


Entre novembre 2018 et janvier 2019, près de 60 personnes participeront à des entretiens individuels et à des groupes d'expression pour faire part de leurs besoins, attentes et idées. La matière recueillie dans ces instances viendra éclairer et nourrir les forums régionaux et les 10 ateliers. Ils seront amenés dans une seconde étape à s'exprimer sur les propositions formalisées par les ateliers.

 

10 ateliers nationaux thématiques, regroupant des représentants de l'Etat et des collectivités, des experts, des personnes âgées, ainsi que des représentants des associations et des fédérations d'usagers et de professionnels.

 

Cette concertation devra donner matière au projet de loi sur la dépendance prévu pour juin 2019.