Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

19 septembre 2018
Alzheimer

Le regard des Français sur la maladie d’Alzheimer

Le regard des Français sur la maladie d’Alzheimer

À l'occasion de la journée mondiale de la maladie d'Alzheimer du 21 septembre, la Société Française de Neurologie (SFN), la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer (FRA) et l'Association France-Alzheimer (FA) se sont associées pour réaliser une enquête d'opinion sur les Français et la maladie d'Alzheimer.

 

- 1 - 1 Français sur 10, soit près de 6 millions de personnes, et près d'1 senior sur 5 (soit environ 3 millions de Français) déclarent avoir fréquemment des troubles de la mémoire.
- 18% des Français (soit près de 9 millions) ont déjà craint que ces troubles soient liés à la maladie d'Alzheimer.


- Bien qu'Alzheimer soit présent à leur esprit, les Français expliquent d'abord leurs troubles de mémoire par la fatigue, le manque d'attention ou le stress. Pour les seniors, il s'agit avant tout d'un problème de vieillissement.


La maladie d'Alzheimer est redoutée des Français car elle leur est familière : 26% des Français et 31% des seniors comptent parmi leur entourage une personne touchée par Alzheimer.


- 92% des Français et 96% des seniors savent que la maladie rend dépendant.
- 64% des Français et 70% des seniors affirment qu'il s'agit d'une maladie dont on peut atténuer les symptômes par des traitements médicaux, même si 87% des Français et 91% des seniors savent qu'on ne peut en guérir pour l'instant. –
74% des Français et 80% des seniors savent que la maladie ne touche pas que les personnes âgées.


- Les Français comme les seniors désapprouvent à 80% la décision de la ministre de la Santé de dérembourser les médicaments anti-Alzheimer.

 

La Société Française de Neurologie souhaite rappele que " la maladie d'Alzheimer est une vraie maladie qui ne touche pas que les personnes âgées et que des mesures simples comme le contrôle des facteurs de risque vasculaire, l'activité physique et une vie sociale active permettent de retarder le déclin cognitif. Elle regrette, comme 80 % des Français, le récent déremboursement des médicaments anti-Alzheimer qui ont pourtant toute leur place dans une prise en charge optimale de la maladie"

 

 

 

Méthodologie : enquête réalisée du 12 au 16 juillet 2018 par ODOXA auprès d'un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus ainsi qu'auprès d'un échantillon de 791 personnes représentatif de la population française âgée de 60 ans et plus.