Pour les personnes âgées comme pour leurs proches aidants, la saison estivale est bien souvent une période qui appelle à de nombreuses vigilances. C’est tout particulièrement vrai quand la France est touchée par un épisode caniculaire comme c’est le cas depuis le 24 juin. Les températures devraient osciller sur la plupart des régions entre 35 °C à 39 °C pendant toute la semaine.
Avec le réchauffement climatique, ces épisodes caniculaires seront de plus en plus nombreux et de plus en plus intenses. Depuis la canicule de 2003 et ses 15.000 décès entre le 1er et 20 août, majoritairement chez les personnes âgées, la France a adopté le Plan national canicule, un dispositif de prévention efficace. Mais il n’est pas superflu de rappeler, comme le fait Domimag, les mesures de précaution à prendre pour protéger les personnes âgées lors des fortes chaleurs.
Redoublons de vigilance surtout avec les personnes âgées isolées ! Celles qui le sont tout au long de l’année tout comme celles qui le seront durant les mois de juillet et d’août, avec le départ en vacances de leurs proches. Repérer, prévenir, conseiller, sensibiliser : quand les températures grimpent, les professionnels de l’aide à domicile jouent alors un rôle clé auprès des seniors les plus fragiles.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

04 mai 2015
Handicap

Le maintien au domicile des personnes trachéotomisées

Le maintien au domicile des personnes trachéotomisées

Les intervenants des service d’aide à domicile peuvent désormais effectuer des aspirations endo-trachéales, sous certaines conditions de formation.

 

La vie à domicile des personnes trachéotomisées est conditionnée par la formation des intervenants à domicile qui assurent leur accompagnement au quotidien.

L'aspiration endo-trachéale est l’aspiration des sécrétions qui encombrent les poumons via l'introduction d'une sonde dans l'arbre bronchique, le pharynx ou la bouche. Cet acte permet d’éviter une éventuelle formation de bouchons muqueux. Jusqu'à présent, seuls les infirmiers et les masseurs-kinésithérapeutes étaient habilités à accomplir ce geste, ce qui compromettait le retour à domicile  de malades trachéotomisés dont l'état ne nécessitait plus une hospitalisation.


Un décret publié au Journal Officiel (JO) du 2 mai 2015  change la donne (1). Ce texte autorise les intervenants des services d’aide à domicile à réaliser des aspirations trachéales sous certaines conditions de formation. “Ce décret est sous-tendu par la volonté de permettre à des personnes en situation de grande dépendance de pouvoir bénéficier des gestes, dont elles ont besoin quotidiennement, de façon fréquente mais imprévisible, parfois même dans une urgence absolue et pour lesquels l’intervention systématique d’un professionnel de santé imposerait des contraintes excessives", souligne le Conseil consultatif des personnes handicapées (CNCPH).

 

Pratiquer l'acte en toute sécurité

Une auxiliaire de vie peut effectuer d’aspiration endo-trachéale et est pas habilité à nettoyer le matériel utilisé, que si elle a validé une formation spécifique. Seul le suivi de cette formation autorise la réalisation de cet acte. Cette formation a pour objet d’assurer que cet acte soit pratiqué en toute sécurité.


Une formation est d’une durée de 5 jours. Elle comprend deux jours d’enseignement théorique suivis de trois jours d’enseignement clinique dans un service prenant en charge des patients trachéotomisés. Le suivi de la formation donne lieu, si elle est validée, à une attestation délivrée au candidat par le directeur de l’institut de formation de soins infirmiers (IFSI) concerné. En cas de non-validation, la formation peut être recommencée une fois.

 

Les parents ou les proches d’enfants trachéotomisés sont formés gratuitement dans le service hospitalier où s’est pratiquée l’intervention.

 

(1) Décret no 2015-495 du 29 avril 2015