L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) lance une campagne d'information (à la télé et à la radio) sur les aides et les solutions possibles pour faire face à une situation de perte d'autonomie liée à l'âge. Objectif : mieux faire connaître le portail d'information grand public www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr
A partir du 15 septembre, tous les patients français pourront bénéficier d'une consultation à distance. Mode d'emploi de la téléconsultation.
Le maintien à domicile d’une personne âgée dépendante repose sur un travail d’équipe. Le cahier de liaison permet de garantir la transmission des informations utiles entre les différents intervenants.
La Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées a lieu le 15 juin. Près de 77 % des maltraitances sur des seniors ont lieu au sein même du cercle familial. Et les personnes risquant d’avoir des comportements maltraitants sont souvent celles qui s’occupent le plus des personnes…
Echanger, se soutenir, s'informer... Un certain nombre d'applications mobiles existent aujourd'hui pour soulager les aidants de personnes en perte d'autonomie. Passage en revue d'outils bien utiles au quotidien.
Un nouveau dispositif dénommé "habilitation familiale" permet aux proches d’une personne vulnérable de pouvoir la représenter, sans avoir à déclencher une procédure de mise sous tutelle ou de curatelle.
La carte de l’aidant est destinée à toute personne venant en aide à un proche dépendant. Elle permet de nommer des personnes de confiance qui pourront prendre le relais dans les situations d’urgence (accident, malaises, hospitalisation…). Présentation.
Les Français attendent majoritairement de l'État plus de prise en charge de la dépendance et continuent de privilégier les solutions de prise en charge à domicile.
La maladie d'Alzheimer : tout ce que vous avez toujours voulu savoir ... C'est le titre du MOOC (Massive Online Open Course), un cours gratuit en ligne réalisé par l'université de la Sorbonne à Paris et destiné au grand public et aux professionnels de santé. Ce cours, qui se déroule…
Face à la maladie ou la perte d'autonomie, désigner une personne de confiance peut être un moyen d'être assisté en cas de besoin. Explications.
La loi française donne le droit de rédiger ses volontés en vue de la gestion médicale de la fin de vie, à travers des "directives anticipées". D’après un sondage présenté le 6 février au ministère des Solidarités et de la Santé, 58% des personnes interrogées ne connaissaient pas les directives anticipées.…
Jusqu'à présent un salarié pouvait donner un ou plusieurs jours de congé à un collègue, parent d'un enfant gravement malade. Depuis le 15 février, c'est également possible pour ceux qui prennent soin d'un proche dépendant (âgé ou en situation d'handicap). Explications.