On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

A l'occasion de la nouvelle édition de Mars Bleu, mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, la Ligue contre le cancer lance la campagne #ParlonsFesses ! Objectifs : briser les tabous et inciter les Français à se faire dépister, dès 50 ans et jusqu'à 74 ans ou à tout…
En France, le mois de mars est consacré à la sensibilisation au cancer colorectal.  Deuxième cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal se guérit pourtant dans 9 cas sur 10 s'il est détecté à un stade précoce. Il important que les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans…
Les anciens malades du cancer et de l'hépatite C n'ont plus à mentionner officiellement leur pathologie lors d’une demande d’assurance emprunteur. Explications.
80 % des cancers du sein se développent après 50 ans. Détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut être guéri dans plus de 90 % des cas. L’Institut national du cancer publie un nouveau livret d’information afin de répondre aux principales questions sur les cancers du sein…
Plus d'un nouveau cas de cancer sur trois touche déjà des personnes de plus de 75 ans. Mais selon l'Observatoire sociétal des cancers, les seniors sont encore trop souvent diagnostiqués tardivement et ne bénéficient pas toujours des traitements les mieux adaptés à leur âge.
Le cancer colorectal tue 18.000 personnes chaque année, il se guérit 9 fois sur 10 quand il est dépisté à temps. Un nouveau test de dépistage du cancer colorectal existe. Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous pouvez en bénéficier gratuitement.
« 40 % des cancers pourraient être évités si nous changeons nos comportements quotidiens ». C'est l'affirmation que l'Institut national du cancer (INCa) et le ministère de la Santé mettent en avant dans une nouvelle campagne de prévention, qui a débutée le 19 septembre.
Le 5ème rapport de l’Observatoire sociétal des cancers, édité par Ligue contre le cancer avec le soutien de la Fondation Macif, met en lumière les « Aidants », ces combattants silencieux du cancer. Aujourd’hui 1 Français sur 10 aide une personne atteinte de cancer.
Un rapport indique que la durée de vie des patients augmente pour les trois cancers les plus fréquents : cancers de la prostate, du sein et du côlon-rectum.
Principal cancer masculin, le cancer de la prostate se révèle généralement au-delà de 60 ans et sans que des facteurs de risque spécifiques n’aient incité à son dépistage.