L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Chaque hiver, les risques d'intoxication au monoxyde de carbone augmentent. Pour protéger les personnes âgées vivant à domicile, des gestes simples contribuent à réduire les accidents.

La perte de l’audition fait partie des handicaps les plus fréquents chez les personnes âgées et apparaît relativement invalidante. Selon la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), 30 % de la tranche d’âge 60-69 ans seraient concernés (tous niveaux de gravité confondus), et plus de 60 % après 90 ans.

Adaptation du logement

Adapter les toilettes

Espace exigu et restreint, les toilettes nécessitent des aménagements quand la perte de mobilité arrive. Des aménagements qui évitent tout risque de chutes.

Plus de 2 millions de Français souffrent de dénutrition. Et plus précisément : 50 % des personnes âgées hospitalisées, 40 % des malades d'Alzheimer et des personnes âgées vivant en établissement.

Communiquer avec ses proches, s'informer ou se divertir, la tablette tactile est une alternative à l'achat d'un ordinateur pour accéder à Internet, notamment pour les personnes âgées qui sont de plus en plus connectées. Quels sont les critères à prendre en compte pour faire le bon choix ?

Le Collectif de lutte contre la dénutrition,  lance, le 26 novembre, une campagne de prévention contre cette maladie, qui touche deux millions de personnes en France. Le risque de dénutrition concerne de 2 % à 4 % des personnes âgées vivant à domicile entre 60 et 80 ans et peut atteindre 10 % au-delà de 80 ans.

Près de 40 % des personnes âgées de 78 ans et plus ne portent pas de lunettes adaptées à leur vue, d'après une étude menée par des chercheurs français (Inserm, université de Bordeaux et Sorbonne).

Le lavage des mains est l'une des mesures les plus efficaces pour limiter les risques de transmission des virus de l'hiver. Un réflexe indispensable à adopter par ceux qui s'occupent de personnes âgées fragiles.

Entre 30 à 40 % des personnes âgées à domicile peuvent avoir des troubles de la déglutition et donc des difficultés pour s’alimenter ou boire. Pour ne pas avaler de travers et risquer de s’étouffer, respecter quelques conseils peut se révéler salvateur.

Le pain brioché G-Nutrition, enrichi en protéines, vitamines et minéraux spécifiques, destiné à compenser les carences nutritionnelles notamment des personnes âgées fragiles, vient de rejoindre la liste des produits remboursables par la Sécurité sociale.

La maladie d'Alzheimer engendre des besoins nutritionnels spécifiques. Conçu par des diététiciennes de terrain, l'ouvrage « Alimentation et Alzheimer : s'adapter au quotidien, guide pratique à l'usage des aidants » fournit aux professionnels et aux familles « les clés d'une alimentation adaptée au quotidien ».

La chute est une cause majeure d'entrée en établissement pour les personnes âgées vivant à domicile. Comprendre, prévenir et réagir est possible. L'agence régionale de santé d'Ile-de-France propose une formation en ligne gratuite destinée aux professionnels de santé, aux personnes fragilisées et à leurs proches aidants.