L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Face à la maladie ou la perte d'autonomie, désigner une personne de confiance peut être un moyen d'être assisté en cas de besoin. Explications.

« Savoir être aidant » est un nouvel outil de formation pédagogique en ligne, accessible à tous les aidants gratuitement afin de les informer sur les enjeux du bien-vieillir et de les accompagner au quotidien.

Aider une personne à remonter dans son lit, à se lever de son fauteuil, à se relever après une chute... L'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) publie une série de dix films pour apprendre à avoir les bons gestes lors de la manutention de personnes en perte d'autonomie et éviter ainsi les troubles musculo-squelletiques (TMS).

Stimuler sa mémoire contribue à prévenir la maladie d'Alzheimer. Des activités intellectuelles (jeux de société, lecture...) et des exercices cognitifs sont recommandés après 60 ans.

La loi française donne le droit de rédiger ses volontés en vue de la gestion médicale de la fin de vie, à travers des "directives anticipées". D’après un sondage présenté le 6 février au ministère des Solidarités et de la Santé, 58% des personnes interrogées ne connaissaient pas les directives anticipées. Pour les autres, seuls 11% en ont déjà rédigées. 32% envisagent de le faire et 51% ne l’envisagent pas. Explications.

A l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, le 4 février, les médecins de l'Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon reviennent sur de nombreuses idées reçues concernant cette maladie. Voici les informations pour démêler le vrai du faux.

Tout droit venu du Canada, le baluchonnage, rebaptisé relayage en France, est une solution de répit proposée aux aidants de personnes handicapées ou âgées. Cette solution - qui devrait être expérimentée en 2018 - permet à l'aidant de se reposer et de  bénéficier d'un relais par un professionnel, 24 heures sur 24, au domicile de son proche.

Jusqu'à présent un salarié pouvait donner un ou plusieurs jours de congé à un collègue, parent d'un enfant gravement malade. Depuis le 15 février, c'est également possible pour ceux qui prennent soin d'un proche dépendant (âgé ou en situation d'handicap). Explications.

L'Institut national du cancer met à la disposition des femmes, sur un espace unique, une information personnalisée par tranches d'âge et facilement accessible sur les cancers du sein, leur prévention et leur dépistage : cancersdusein.e-cancer.fr

Le risque de dénutrition  concerne de 2 % à 4 % des personnes âgées vivant à domicile entre 60 et 80 ans et peut atteindre 10 % au-delà de 80 ans.

La Fédération Française des Diabétiques lance une enquête sur la qualité de vie des patients diabétiques (type 1 et type 2). Le pourcentage de personnes âgées diabétiques de 75 ans et plus en France s'élève à 26 %, soit une personne sur quatre. Si vous êtes diabétique, vous pouvez répondre au questionnaire en ligne.

Les premiers résultats d'une étude de l'Inserm suggèrent que la méditation pourrait avoir un effet positif sur le vieillissement cérébral, en permettant une réduction du stress, de l'anxiété, des émotions négatives et des problèmes de sommeil qui ont tendance à s'accentuer avec l'âge.